Mystic4Ever
Pile ou FaceCôté face, ses yeux reflètent le soleilEt inonde sa voix de fragrances subtilesSes lèvres ont l’aspect des framboises vermeillesFont ressortir son teint mordoré et gracile.Belle dont les cheveux tricotent ses cambruresEt bouclent son visage aux atouts châtelainsElle a le port altier pour cacher ses fêluresAudacieuse et hautaine aux rêves suzerains.Côté pile, d’humeur pétillante et activeElle est une bombe à retardement partielFemme de caractère et aussi attentiveSachant ce qu’elle veut, connaissant l’essentiel.Quand ses doigts esquissent l’amour et ses desseinsElle s’applique en vers et tout contre ses ailesPlus rien n’a d’importance au revers du destinElle croque la vie sur scène et sans échelle.Son raffinement est une seconde peauEt vous retiendrez tout ce qui vous plaira d’elleParfois sa silhouette ou sa voix ou ses motsPeut-être l’affection qu’elle porte en étincelle…Mystic4EverLe 13 Juin 2012 Ce texte est la propriété de Mystic4Ever Tous droits réservés ©


Pile ou Face


Côté face, ses yeux reflètent le soleil
Et inonde sa voix de fragrances subtiles
Ses lèvres ont l’aspect des framboises vermeilles
Font ressortir son teint mordoré et gracile.

Belle dont les cheveux tricotent ses cambrures
Et bouclent son visage aux atouts châtelains
Elle a le port altier pour cacher ses fêlures
Audacieuse et hautaine aux rêves suzerains.

Côté pile, d’humeur pétillante et active
Elle est une bombe à retardement partiel
Femme de caractère et aussi attentive
Sachant ce qu’elle veut, connaissant l’essentiel.

Quand ses doigts esquissent l’amour et ses desseins
Elle s’applique en vers et tout contre ses ailes
Plus rien n’a d’importance au revers du destin
Elle croque la vie sur scène et sans échelle.

Son raffinement est une seconde peau
Et vous retiendrez tout ce qui vous plaira d’elle
Parfois sa silhouette ou sa voix ou ses mots
Peut-être l’affection qu’elle porte en étincelle…


Mystic4Ever
Le 13 Juin 2012

Ce texte est la propriété de Mystic4Ever Tous droits réservés ©

~Et Crie- Moi l’Amour!~Et crie moi l’amour de ta mystique élégancePrends ta palette, mets tes belles aquarellesDe ton pinceau joue sur mes joues à la marelleEt crie moi l’amour avec toute ton éloquenceA l’encre marine de tes vives prunellesSur l’herbe folle du jardin de mon enfanceEt crie moi l’amour avec ta tendre insoucianceQue mon corps te dédie l’entre d’une étincelle. Et crie moi l’amour de ton âme vagabondeDans l’éclat de ma lune et monte sur l’ échelleA minuit pour goûter à mes pluies torrentiellesEt crie moi l’amour chaque minute, secondeTes tabous, tes envies, qu’en toi je me modèleDécrie -moi sans mâle pour traverser tes ondesEt crie moi l’amour , histoire à deux dans ce mondeQue vive la nôtre au bain de nos essentielles. Et crie-moi l’amour avec tes plus nobles lettresQue ta langue nous invente un cœur de romanceSous un chêne nos rêves brisent le silenceEt crie-moi l’amour au feu de mes périmètresChaque frontière déclare notre appétenceA la lueur du soir, tu deviens mon seul maîtreEt crie-moi l’amour , augmente le thermomètreQue je meurs dans tes râles et tue les dix stances……~Ecris moi l’amour, j’suis amoureuse de toi!~Mystic4EverLe 24 Septembre 2010
 Ce texte est la propriété de Mystic4Ever Tous droits réservés ©

~Et Crie- Moi l’Amour!~


Et crie moi l’amour de ta mystique élégance
Prends ta palette, mets tes belles aquarelles
De ton pinceau joue sur mes joues à la marelle
Et crie moi l’amour avec toute ton éloquence
A l’encre marine de tes vives prunelles
Sur l’herbe folle du jardin de mon enfance
Et crie moi l’amour avec ta tendre insouciance
Que mon corps te dédie l’entre d’une étincelle.

Et crie moi l’amour de ton âme vagabonde
Dans l’éclat de ma lune et monte sur l’ échelle
A minuit pour goûter à mes pluies torrentielles
Et crie moi l’amour chaque minute, seconde
Tes tabous, tes envies, qu’en toi je me modèle
Décrie -moi sans mâle pour traverser tes ondes
Et crie moi l’amour , histoire à deux dans ce monde
Que vive la nôtre au bain de nos essentielles.

Et crie-moi l’amour avec tes plus nobles lettres
Que ta langue nous invente un cœur de romance
Sous un chêne nos rêves brisent le silence
Et crie-moi l’amour au feu de mes périmètres
Chaque frontière déclare notre appétence
A la lueur du soir, tu deviens mon seul maître
Et crie-moi l’amour , augmente le thermomètre
Que je meurs dans tes râles et tue les dix stances……


~Ecris moi l’amour, j’suis amoureuse de toi!~


Mystic4Ever
Le 24 Septembre 2010





Ce texte est la propriété de Mystic4Ever Tous droits réservés ©

Fidèle en vers et contre tousTout semble éteint dans ce jardinTout est vide, tes yeux lividesMon cœur lucide en toi s’élideDans le dédain d’un bleu sans fin.Ma plume à l’eau tombe de hautMon vers s’aligne entre deux lignesMa main signe et te souligneComme un sceau je te porte à faux.Si j’étais moi tu sais crois moiJ’serai fidèle à tes prunellesJ’me pends à toi telle une croixSi peu rebelle à tire d’aile.Il est des fleurs sans une odeurLa mienne exhale au creux d’un râlePresque fatale en cent pétalesEt sans rancœur, tu peins mes pleurs.La voix aphone encore j’entonneL’hymne de toi , tu es ma foiC’est mon automne et ça résonneAi-je le droit d’aimer que toi ?Mystic4EverLe 26 Septembre 2010
 Ce texte est la propriété de Mystic4Ever Tous droits réservés ©

Fidèle en vers et contre tous


Tout semble éteint dans ce jardin
Tout est vide, tes yeux livides
Mon cœur lucide en toi s’élide
Dans le dédain d’un bleu sans fin.

Ma plume à l’eau tombe de haut
Mon vers s’aligne entre deux lignes
Ma main signe et te souligne
Comme un sceau je te porte à faux.

Si j’étais moi tu sais crois moi
J’serai fidèle à tes prunelles
J’me pends à toi telle une croix
Si peu rebelle à tire d’aile.

Il est des fleurs sans une odeur
La mienne exhale au creux d’un râle
Presque fatale en cent pétales
Et sans rancœur, tu peins mes pleurs.

La voix aphone encore j’entonne
L’hymne de toi , tu es ma foi
C’est mon automne et ça résonne
Ai-je le droit d’aimer que toi ?


Mystic4Ever
Le 26 Septembre 2010



Ce texte est la propriété de Mystic4Ever Tous droits réservés ©

Des « si » démentsSi j’étais née ailleurs dans l’empire du soleilElevant ma plume à l’encre noire d’échineJe serais geisha ou ta muraille en éveilSur ta peau chinée aux palettes divines.Si j’étais née ailleurs dans le désert d’AfriqueJouant entre deux Ô sur tes ariditésJe serais la muse de tes rimes mystiquesLe safari à cour, colonie d’un baiser.Si j’étais née ailleurs dans l’hiver de L’IslandeLe feu sous la glace, la tempête d’amourJe serais les saisons chaudes de ta légendeL’aube crépusculaire et la nuit de tes jours.Si j’étais née ailleurs terre rouge d’AustralieLa vigne du bon vin, Mon cœur aborigèneJe serais Viviane en forêt de TasmanieLe vent de tes envies sur tes ors indigènes.Si j’étais née ailleurs dans l’âme de BombayFakir de tes yeux bleus, charmeuse de ton reptileJe serais Taj Mahal, mausolée à jamaisHistoire dorée née de nos accrocs érectiles.Si j’étais née ailleurs péninsule ibériqueL’épice sur ta langue Une couleur safranJe serais ton fado, flamenco hispaniqueMusique envoûtante au gré de tes culminants.Si j’étais née ailleurs Cordillère des AndesLa clé mystérieuse des cités d’or incasJe serais conquistador, Zia en offrandeNarratrice dévouée, amante de ton aura.MaisJe suis née à Paris et je parie sur toiGage de certitude éprise de luxureEpilogue infini sur les marges d’une foisTel Icare effleurant le monde et tes courbures.Mystic4EverLe 1er Octobre 2010
 Ce texte est la propriété de Mystic4Ever Tous droits réservés ©


Des « si » déments


Si j’étais née ailleurs dans l’empire du soleil
Elevant ma plume à l’encre noire d’échine
Je serais geisha ou ta muraille en éveil
Sur ta peau chinée aux palettes divines.

Si j’étais née ailleurs dans le désert d’Afrique
Jouant entre deux Ô sur tes aridités
Je serais la muse de tes rimes mystiques
Le safari à cour, colonie d’un baiser.

Si j’étais née ailleurs dans l’hiver de L’Islande
Le feu sous la glace, la tempête d’amour
Je serais les saisons chaudes de ta légende
L’aube crépusculaire et la nuit de tes jours.

Si j’étais née ailleurs terre rouge d’Australie
La vigne du bon vin, Mon cœur aborigène
Je serais Viviane en forêt de Tasmanie
Le vent de tes envies sur tes ors indigènes.

Si j’étais née ailleurs dans l’âme de Bombay
Fakir de tes yeux bleus, charmeuse de ton reptile
Je serais Taj Mahal, mausolée à jamais
Histoire dorée née de nos accrocs érectiles.

Si j’étais née ailleurs péninsule ibérique
L’épice sur ta langue Une couleur safran
Je serais ton fado, flamenco hispanique
Musique envoûtante au gré de tes culminants.

Si j’étais née ailleurs Cordillère des Andes
La clé mystérieuse des cités d’or incas
Je serais conquistador, Zia en offrande
Narratrice dévouée, amante de ton aura.

Mais

Je suis née à Paris et je parie sur toi
Gage de certitude éprise de luxure
Epilogue infini sur les marges d’une fois
Tel Icare effleurant le monde et tes courbures.


Mystic4Ever
Le 1er Octobre 2010



Ce texte est la propriété de Mystic4Ever Tous droits réservés ©

Intarissable source !Ma plume s’abreuve ô clair de tes yeuxTrempant son essence à l’intarissableSource de ton cœur tendre et amoureuxDont chaque pourtour m’inspire l’innée fable.Mes mains esquissent et immortalisentEn vers et rimes l’ardeur de ta peauQui vibre pour moi et qui volcaniseL’encre de mon antre enfilant tes mots.Toi, fils de Vénus, tu m’inspires l’amourA chaque minute et chaque secondeMes pages blanches remplissent tes jours.Mon trésor, tu es l’âme de mon mondeLien indestructible empli de veloursSous l’œil bienveillant de la lune blonde.Mystic4EverLe 13 Juillet 2010
 Ce texte est la propriété de Mystic4Ever Tous droits réservés ©

Intarissable source !


Ma plume s’abreuve ô clair de tes yeux
Trempant son essence à l’intarissable
Source de ton cœur tendre et amoureux
Dont chaque pourtour m’inspire l’innée fable.

Mes mains esquissent et immortalisent
En vers et rimes l’ardeur de ta peau
Qui vibre pour moi et qui volcanise
L’encre de mon antre enfilant tes mots.

Toi, fils de Vénus, tu m’inspires l’amour
A chaque minute et chaque seconde
Mes pages blanches remplissent tes jours.

Mon trésor, tu es l’âme de mon monde
Lien indestructible empli de velours
Sous l’œil bienveillant de la lune blonde.

Mystic4Ever
Le 13 Juillet 2010


Ce texte est la propriété de Mystic4Ever Tous droits réservés ©

 L’Art sceau de ton cœurTentative veine { suicide d’émaux }Tu dédies l’écriture aux mages de tes brumesCouchant tes insomnies sur le fil du rasoirEt lignes après lignes, ton âme se consumeA l’audace des Dieux étreignant tes devoirs.L’alarme rouge sang s’écoule lentementDélavant l’encre bleue, sur tes matins d’automne,Et tes pages blanches qui t’éloignent du tempsGoutte après goutte au Sein doux d’un vieux métronome.Épanchant tes doutes, la larme au bord du cœurTu lies tes ratures aux parfaits impossiblesTes paupières rougies témoignent des doux leurresLâchant le mascaret en tourments infaillibles.Heures après heures, la torpeur s’édulcoreL’élégante beauté nonchalante te noieQuelques vers te saoulent et l’alcool s’évaporeDans des rimes moires d’un silence aux abois.Sur le sceau de ta bouche un aveu se faufileDans le brasier des pleurs illuminant tes yeuxD’une absence fugace aux rêveries fragilesTon être se vêtit d’océan camaïeu…Mystic4EverLe 4 Octobre 2010
 Ce texte est la propriété de Mystic4Ever Tous droits réservés ©

L’Art sceau de ton cœur


Tentative veine { suicide d’émaux }



Tu dédies l’écriture aux mages de tes brumes
Couchant tes insomnies sur le fil du rasoir
Et lignes après lignes, ton âme se consume
A l’audace des Dieux étreignant tes devoirs.

L’alarme rouge sang s’écoule lentement
Délavant l’encre bleue, sur tes matins d’automne,
Et tes pages blanches qui t’éloignent du temps
Goutte après goutte au Sein doux d’un vieux métronome.

Épanchant tes doutes, la larme au bord du cœur
Tu lies tes ratures aux parfaits impossibles
Tes paupières rougies témoignent des doux leurres
Lâchant le mascaret en tourments infaillibles.

Heures après heures, la torpeur s’édulcore
L’élégante beauté nonchalante te noie
Quelques vers te saoulent et l’alcool s’évapore
Dans des rimes moires d’un silence aux abois.

Sur le sceau de ta bouche un aveu se faufile
Dans le brasier des pleurs illuminant tes yeux
D’une absence fugace aux rêveries fragiles
Ton être se vêtit d’océan camaïeu…

Mystic4Ever
Le 4 Octobre 2010


Ce texte est la propriété de Mystic4Ever Tous droits réservés ©

Transe fusion lettrineMon encre s’échine pour te poser sa lyreEt ainsi t’inspirer un doux instant de moiElle colore en bleu ta page blanche à lireUne inspiration tendre en une fleur d’émoi.Ma plume vient à toi juteuse et circonciseUn carême de mots virevolte sur ta peauEt tu saisis au vol l’ardeur de son empriseEcrivant pas à pas l’envie crescendo.Sous les lignes de soie, ton regard s’enrichitD’images, de rêves, imprégnant nos tandemsTu te lies à l’envi aux rubans de ma vieBrodant quelques rimes accrochant nos je t’aime.Ma muse éveille en toi des lettrines gracilesOurlant le tant d’amour de poèmes divinsUne transe fusion entre l’âme et l’argileEtayant un refrain sur tes vers sibyllins.Au clair de mon ancre , je t’offre mes sermentsLe pouvoir de ma verve incite à l’abondanceDe ta semence révélant ainsi le tempsTu t’ouvres les peines , toute ton appétence.Mes yeux te dictent la caresse des saisonsTe révélant l’ancre d’un rapsode mystiqueTa faconde s’épanche en éclat de passionsTon visage rayonne en odes érotiques.Ma voix libère en toi toute mon éloquenceEntre tes mains le pouvoir versificateurEt tu dédies en faim les maux de nos dix stancesDans un flot d’eau mage , à l’uni son nos cœurs.Mystic4EverLe 12 Octobre 2010Mots imposés :Fleur, amour, carême, caresse, tandem…
 Ce texte est la propriété de Mystic4Ever Tous droits réservés ©


Transe fusion lettrine


Mon encre s’échine pour te poser sa lyre
Et ainsi t’inspirer un doux instant de moi
Elle colore en bleu ta page blanche à lire
Une inspiration tendre en une fleur d’émoi.

Ma plume vient à toi juteuse et circoncise
Un carême de mots virevolte sur ta peau
Et tu saisis au vol l’ardeur de son emprise
Ecrivant pas à pas l’envie crescendo.

Sous les lignes de soie, ton regard s’enrichit
D’images, de rêves, imprégnant nos tandems
Tu te lies à l’envi aux rubans de ma vie
Brodant quelques rimes accrochant nos je t’aime.

Ma muse éveille en toi des lettrines graciles
Ourlant le tant d’amour de poèmes divins
Une transe fusion entre l’âme et l’argile
Etayant un refrain sur tes vers sibyllins.

Au clair de mon ancre , je t’offre mes serments
Le pouvoir de ma verve incite à l’abondance
De ta semence révélant ainsi le temps
Tu t’ouvres les peines , toute ton appétence.

Mes yeux te dictent la caresse des saisons
Te révélant l’ancre d’un rapsode mystique
Ta faconde s’épanche en éclat de passions
Ton visage rayonne en odes érotiques.

Ma voix libère en toi toute mon éloquence
Entre tes mains le pouvoir versificateur
Et tu dédies en faim les maux de nos dix stances
Dans un flot d’eau mage , à l’uni son nos cœurs.


Mystic4Ever
Le 12 Octobre 2010
Mots imposés :
Fleur, amour, carême, caresse, tandem…





Ce texte est la propriété de Mystic4Ever Tous droits réservés ©

Voyageuse du TantJ’ai l’âme voyageuse à l’orée de tes songesParfois un peu bohème aux plis d’un souvenirSi mon cœur s’emballe, c’est vers toi que je plonge.Je ne saurai dire pourquoi j’ai ce désirMa plume est mon eau-forte et ma seule résidenceQuand l’océan efface un à un nos silences.Et si j’écris le manque avec des mots violentsC’est l’ultime arme honnie qui résonne en étoilesVers mon corps alangui brûlant d’un feu ardent.Sur mon bateau ivre, j’hisse la grande voilePuis le vent en poupe caresse mes cheveuxJe navigue vers toi à l’audace des Dieux.Et si l’ombre faiblit c’est parce que je t’aimeLe voyage me semble un peu long et sans finL’amour nous gagne toujours le même thèmeAccrochés à l’absence en guise de demainPuisque tu t’es lié à l’encre de mes rimesJe viendrai embraser tes nuits les plus intimes.Et si les sirènes ont emporté ton nomJ’irai te retrouver par delà les montagnesMême si pour cela, je dois toucher le fondD’une mer d’abondance en unique compagnePuis je traverserai l’état de tes blessuresApprivoisant tes yeux dans un tendre murmure.J’ai l’âme voyageuse à l’orée de tes songesParfois un peu bohème aux plis d’un souvenirSi mon cœur s’emballe, c’est vers toi que je plonge.Je ne saurai dire pourquoi j’ai ce désirMa plume est mon eau-forte et ma seule résidenceQuand l’océan efface un à un nos silences…Mystic4EverLe 17 Août 2010le tant = beaucoup en rapport aussi avec le temps
 Ce texte est la propriété de Mystic4Ever Tous droits réservés ©

Voyageuse du Tant


J’ai l’âme voyageuse à l’orée de tes songes
Parfois un peu bohème aux plis d’un souvenir
Si mon cœur s’emballe, c’est vers toi que je plonge.
Je ne saurai dire pourquoi j’ai ce désir
Ma plume est mon eau-forte et ma seule résidence
Quand l’océan efface un à un nos silences.


Et si j’écris le manque avec des mots violents
C’est l’ultime arme honnie qui résonne en étoiles
Vers mon corps alangui brûlant d’un feu ardent.
Sur mon bateau ivre, j’hisse la grande voile
Puis le vent en poupe caresse mes cheveux
Je navigue vers toi à l’audace des Dieux.

Et si l’ombre faiblit c’est parce que je t’aime
Le voyage me semble un peu long et sans fin
L’amour nous gagne toujours le même thème
Accrochés à l’absence en guise de demain
Puisque tu t’es lié à l’encre de mes rimes
Je viendrai embraser tes nuits les plus intimes.

Et si les sirènes ont emporté ton nom
J’irai te retrouver par delà les montagnes
Même si pour cela, je dois toucher le fond
D’une mer d’abondance en unique compagne
Puis je traverserai l’état de tes blessures
Apprivoisant tes yeux dans un tendre murmure.


J’ai l’âme voyageuse à l’orée de tes songes
Parfois un peu bohème aux plis d’un souvenir
Si mon cœur s’emballe, c’est vers toi que je plonge.
Je ne saurai dire pourquoi j’ai ce désir
Ma plume est mon eau-forte et ma seule résidence
Quand l’océan efface un à un nos silences…


Mystic4Ever
Le 17 Août 2010
le tant = beaucoup en rapport aussi avec le temps


Ce texte est la propriété de Mystic4Ever Tous droits réservés ©

L’émotion de sang sûr…..{ Mon blanc Sein}Quand de guerre lasse, mes rimes lâchent prisesMa plume est en manque et en moi feint sa crise Ta motion intense griffonne mes raturesSur ma peau parchemin dorment tes belles armures.Quand mon encre perd pied de tes vagabondagesL’écrit se bouscule pour me faire un bandageColmatant ce trop peu qui éveille mes veinesDans un brouillard de maux au hasard de mes peines.Quand l’histoire est belle, mon cœur bat la chamadeQue dans un bain de sans le vers s’éprend, maladeMes lignes multiplient cent conter tes doruresParsemant d’impulsions de toi mes encolures.Quand ma main tue le tant à coup de vains poèmesQue sur mon âme pure éclate ta bohèmeL’alarme se raccroche au creux de ta mémoireÔ plaines meurtries par mes écritures moires.Quand ton esprit veille sur mes matins d’automneEt que Tu lies en moi dans un sourire atoneL’émotion de sang sûr boit tes pensées charnellesEn mâtinant l’espoir d’envie providentielle.Quand je te pends aux mots, insensée sans vergogneTu me facilites l’attache, ma besogneEt fort de ce blanc seing, je jouis de l’éphémèreDans lequel tu arbores d’amour mes paupières.Quand écorchée vive, tu me louvoies sans cibleJe marque au fer rouge tes liens indestructibles Tu m’aimes, je t’aime où est le problème ?Haute moi ce masque sur mon visage blême.Mystic4EverLe 31 Octobre 2010
 Ce texte est la propriété de Mystic4Ever Tous droits réservés ©


L’émotion de sang sûr…..


{ Mon blanc Sein}



Quand de guerre lasse, mes rimes lâchent prises
Ma plume est en manque et en moi feint sa crise
Ta motion intense griffonne mes ratures
Sur ma peau parchemin dorment tes belles armures.


Quand mon encre perd pied de tes vagabondages
L’écrit se bouscule pour me faire un bandage
Colmatant ce trop peu qui éveille mes veines
Dans un brouillard de maux au hasard de mes peines.


Quand l’histoire est belle, mon cœur bat la chamade
Que dans un bain de sans le vers s’éprend, malade
Mes lignes multiplient cent conter tes dorures
Parsemant d’impulsions de toi mes encolures.


Quand ma main tue le tant à coup de vains poèmes
Que sur mon âme pure éclate ta bohème
L’alarme se raccroche au creux de ta mémoire
Ô plaines meurtries par mes écritures moires.


Quand ton esprit veille sur mes matins d’automne
Et que Tu lies en moi dans un sourire atone
L’émotion de sang sûr boit tes pensées charnelles
En mâtinant l’espoir d’envie providentielle.


Quand je te pends aux mots, insensée sans vergogne
Tu me facilites l’attache, ma besogne
Et fort de ce blanc seing, je jouis de l’éphémère
Dans lequel tu arbores d’amour mes paupières.


Quand écorchée vive, tu me louvoies sans cible
Je marque au fer rouge tes liens indestructibles
Tu m’aimes, je t’aime où est le problème ?
Haute moi ce masque sur mon visage blême.


Mystic4Ever
Le 31 Octobre 2010



Ce texte est la propriété de Mystic4Ever Tous droits réservés ©

Grain de peau Ce baiser qui languit au rebord de vos lèvresConjure le présent aux vapeurs des alcoolsComme une gourmandise adoucissant la fièvreQuand vos doigts remontent de ma jambe à mon col.Vos murmures touchent la pointe de mes seinsCe baiser qui languit au rebord de vos lèvresA un goût sulfureux jusqu’au bas de mes reinsLéchez mon grain de peau parfumé de guenièvre.Espiègle et sensuelle à votre jeu d’orfèvreVos mains me dessinent quelques frissons brûlantsCe baiser qui languit au rebord de vos lèvresDevient pressant d’envie et je fonds en dedans.Votre langue frivole et clandestine atteintSa cible si sensible au diapason mièvreMon corps sage s’enflamme à un feu mal éteintD’un baiser qui languit au rebord de vos lèvres…. Mystic4EverLe 1er Juin 2011
 Ce texte est la propriété de Mystic4Ever Tous droits réservés ©

Grain de peau


Ce baiser qui languit au rebord de vos lèvres
Conjure le présent aux vapeurs des alcools
Comme une gourmandise adoucissant la fièvre
Quand vos doigts remontent de ma jambe à mon col.

Vos murmures touchent la pointe de mes seins
Ce baiser qui languit au rebord de vos lèvres
A un goût sulfureux jusqu’au bas de mes reins
Léchez mon grain de peau parfumé de guenièvre.

Espiègle et sensuelle à votre jeu d’orfèvre
Vos mains me dessinent quelques frissons brûlants
Ce baiser qui languit au rebord de vos lèvres
Devient pressant d’envie et je fonds en dedans.

Votre langue frivole et clandestine atteint
Sa cible si sensible au diapason mièvre
Mon corps sage s’enflamme à un feu mal éteint
D’un baiser qui languit au rebord de vos lèvres….

Mystic4Ever
Le 1er Juin 2011


Ce texte est la propriété de Mystic4Ever Tous droits réservés ©